la marquise de sévigné

Description

La marquise de sévigné jardin des plantes à vitré bretagne 35

Le 8 octobre 1911, sous la présidence de Paul Deschanel, représentant l'Académie française, la ville de Vitré inaugura une statue de Mme de Sévigné. Il y avait eu la veille une soirée de gala, avec à-propos en vers, fleurs de rhétorique et une conférence du bretonnant Anatole Le Braz. Un cortège, précédé de sapeurs porte-hache et groupant les diverses sociétés de la cité, défila par les rues; on prononça maintes harangues, et un banquet à six plats, flanqués d'une dizaine de crus, couronna le tout. Dans l'intervalle, au cours de la matinée, quelques privilégiés avaient été reçus au château des Rochers, à une lieue et demie de Vitré, par le comte et la comtesse des Nétumières.

Cependant cette statue en Bretagne souleva une vague de contestation et d'indignation qui dura longtemps. On considérait la marquise comme une ennemie du peuple, attachée à ses privilèges et cautionnant les répressions féroces dont furent victimes les Bretons en révolte contre un impôt injustement levé par le roi. Les Vitréens l'appelèrent longtemps "la marquise du cul tourné", parce que sa statue tournait le dos à la ville.

La polémique atteignit son paroxysme en 1932 !... La Municipalité et la Préfecture durent même protéger la marquise en installant des gardes autour de sa statue; même les soldats du 70ème RI furent réquisitionnés pour protéger cette femme "au cœur de pierre" qui, disait-on, n'aimait pas Vitré ("l'air de Vitré tue tout le monde", écrit-elle à sa fille le 30 août 1671).

Il était d’autant plus injuste de l’accuser de complicité avec le pouvoir royal qu’elle a toujours été en opposition avec ce pouvoir: elle demeura étrangère à la Cour et à ses intrigues qu’elle commentait avec un irrespect gaillard; elle était liée à la Fronde par son mari, par le cardinal de Retz et La Rochefoucauld; elle resta attachée à Fouquet malgré sa disgrâce; elle fut en sympathie avec les jansénistes parce qu'ils étaient persécutés par le pouvoir…

Aujourd'hui, au contraire, la marquise est devenue la reine de Vitré: son nom et son image sont partout. Miracle du tourisme littéraire…